top of page
  • Photo du rédacteurJonas

Biélorussie, citadelle de Brest !

Au passage du point de frontière à Brest, beaucoup de Tchétchènes qui tentent de passer dans l'Union européenne. La Pologne filtre et ne prend que quelques familles par jour, les autres restent à Brest attendant leur jour ...


Passé la douane, je me retrouve dans un hall de gare avec des journalistes qui m'assènent de questions. Ensuite la voiture du Consul honoraire de France à Brest m'escorte avec un fourgon de TV jusqu'à la citadelle où son directeur, un sénateur m'attend. Après un accueil chaleureux, la visite guidée commence ...


C'est l'un des plus importants monuments de guerre de la Seconde Guerre mondiale, célèbre pour, premièrement, la résistance polonaise face à l'invasion allemande de septembre 1939, puis, la résistance soviétique face à l'invasion allemande lancée le 22 juin 1941 lors de l'opération Barbarossa. En 1965, le titre de forteresse héros lui fut décerné pour rappeler la défense héroïque de cette fortification frontalière au cours des premières semaines de la guerre germano-soviétique.


Le 22 juin 1941, le dispositif de défense de la forteresse est en place. En tout, 9 000 hommes, sans compter les membres de leur famille (300 familles de combattants).

Du côté allemand, l'assaut de la forteresse est confié à la 45e division d'infanterie (environ 17 000 hommes), en liaison avec des unités de toutes les armes. Selon les plans allemands, la forteresse devrait être prise dans les douze heures qui suivent le début de la guerre.

Elle prit environ dix jours. Ces dix jours sont très importants, étant donné que l'attaque allemande n'était pas prévue par les Soviétiques et que Moscou n'est qu'à mille kilomètres de Brest, soit à quelques jours seulement pour les chars du général Guderian.






Comments


bottom of page