• Jonas

Iasnaïa Poliana - Visite du domaine de Tolstoï

Les dernières années de sa vie, Tolstoï a plusieurs fois formulé sa volonté d’être inhumé à Iasnaïa Poliana : « Qu’il n’y ait aucun rite lors de l’inhumation de mon corps ; un cercueil en bois et que celui qui le veut bien le porte ou transporte à la forêt Stariï Zakaz, au bord du ravin, à l’endroit où se trouvait la baguette verte ». Cette légende, Tolstoï l’a apprise de son frère bien-aimé, Nicolas. A l’âge de douze ans, Nicolas a solennellement annoncé qu’il possédait un grand secret : une fois que les hommes l’apprendraient, la vie serait éternelle, sans guerres ni maladies, et tous les hommes deviendraient « frères fourmis ». Il ne restait qu’à trouver la baguette verte enfouie dans le ravin ; c’est là que le secret serait gravé. S'installant sous les chaises couvertes de foulards, les enfants Tolstoï jouaient aux « frères-fourmis »; assis étroitement, « sous un toit » ils sentaient le bonheur et l’amour. Et ils rêvaient de l’arrivée d’une fraternité de fourmis pour tous les hommes. Déjà âgé, Léon Tolstoï a mis: « C’était très très bien, et je remercie Dieu d’avoir eu la chance de jouer à ce jeu. Nous l’avons appelé jeu, pourtant, tout est jeu dans ce univers, sauf cela ».

Le 28 octobre 1910, (ancien calendrier) Léon Tolstoï a quitté Iasnaïa Poliana pour toujours. Dix jours après son départ, il est mort de pneumonie à la gare d’Astapovo. Le cercueil avec son corps sera transporté à Iasnaïa Poliana où le 9 novembre il sera enterré, juste ici, comme il le souhaitait, dans la forêt Stariï Zakaz, à l’endroit de la baguette verte.


La tombe de Tolstoï est fort particulière, très simple : une colline verte au bord du ravin, ni une pierre, ni même une croix... Mais cette tombe, ce silence et cette paix sont très significatifs, ils témoignent de Léon Tolstoï, de sa philosophie, de sa vision de la vie et de la mort. C’est le dernier abri d’un homme qui aimait beaucoup la vie.



© 2018 par Jonas Berteau