• Jonas

IVANOVO - Remise du fanion du Mémorial

Mis à jour : 29 nov. 2019

Je tiens à remercier chaleureusement Galina Timofeevna AZEEVA, de la fondation publique internationale « Fonds russe pour la paix », principal soutien Russe de l’expédition et architecte de la rencontre avec les autorités civiles et militaires d’Ivanovo « город первого совета » : Aleksandr Stanislavovitch KOUZMITCHEV, Président de la Douma municipale, la représentation du Maire de la ville, et un général de l’armée de l’air représentant la base aérienne de Severnyï, pour la remise du fanion du Mémorial Normandie Niemen au pied du monument rendant hommage à nos héros. Mes remerciements également à Elena GUDKOVA, interprète de la rencontre. C’est à Ivanovo que le groupe de volontaires, baptisé Normandie, atterri le 28 novembre 1942 en provenance de Téhéran et commença son entraînement sur YAK 1.


J'ai été accueilli chaleureusement par les autorités au pied du monument, avec des écoliers et des habitants. J'ai alors remis le cadeau ramené depuis le Bourget aux autorités, le fanion du Mémorial Normandie Niemen, puis nous avons discouru sur nos héros communs, sur leur héritage, sur la raison de l'expédition, le devoir de mémoire, le patriotisme et la force de l'engagement. Je n'étais pas venu en tant que politicien, ni ne portait aucun mandat, mais en simple patriote Français, ce que Galina Timofeevna AZEEVA appelle la « diplomatie populaire », venu dire aux Russes qu'il y a encore des Français qui se souviennent que nous avons combattu ensemble et que nous avons été alliés dans les moments les plus cruciaux du XXème siècle.


J'ai rencontré des femmes âgées, qui se souvenaient de la Grande Guerre, et qui m'ont demandé de dire à mes compatriotes qu'il faut absolument éviter la guerre à tout prix. A quoi faisaient-elles référence ? Notre ingérence en Lybie ou en Syrie ?


Le sculpteur du monument, Vladimir Surovtsev, est aussi le père du monument Normandie Niemen du Bourget en France, et que je rencontrerai quelques jours plus tard dans son atelier à Moscou.


© 2018 par Jonas Berteau